We Love Startups Magazine Podcast Conseils pour Inspirer et Former Entrepreneurs et Startups a Impact

Je cheffe, donc je suis ?

Comme le mardi, c’est citation, l’équipe de We love Startups s’interroge sur une citation bien célèbre d’une personne bien connue …

savoir diriger

« Un chef, c’est fait pour cheffer ! »

Jacques Chirac, ancien Président de la République française

J’ai bu un verre avec un ami jeudi dernier.

Entre nos conversations sur 0SS 117 et le salon de l’agriculture, une citation d’un ancien est ressortie de notre conversation « Un chef c’est fait pour cheffer« .

Cette phrase de Monsieur Jacques Chirac m’a fait réfléchir.

Les posts linkedin sont plutôt rassurants : non, la culture d’entreprise verticale n’est plus la seule norme qui prévaut aujourd’hui dans les entreprises. Surtout dans les startups.

Pourtant, quand je lis la presse, et parle avec des gens dans la « vraie vie », c’est exactement l’inverse que je ressens.

Ces personnes se plaignent souvent de leurs supérieurs.

Des tâches qu’il leur donne.

Du manque d’organisation.

Du manque de reconnaissance.

Alors, oui ! Aujourd’hui nous dirigeons vers une dynamique de liberté salariale, et surtout d’autonomisation des salariés.

Il n’y a qu’à voir les passions déchainées que l’on retrouve derrière l’idée de donner des congés illimités à ses salariés !

Alors, qu’en est il pour nous, les entrepreneurs ? Comment bien cheffer sa boîte au 21 e siècle ?

Ces lectures et ses échanges m’ont apporté 3 grandes réflexions, qui vous feront réfléchir sur comment vous souhaitez « cheffer » vos salariés :

1)Démocratie participative ne veut pas dire abandon des prérogatives

Rassurez vous !

Les missions de dirigeants vous incomberont toujours ! Vous devrez toujours trancher et prendre les bonnes décisions, car c’est sur vous que toute la responsabilité retombera. 

Vous aurez certainement moins besoin de faire le gendarme, de surveiller. Mais un dirigeant n’est pas là pour cela : il est là pour représenter l’entreprise, et faire en sorte de lui apporter de la valeur économique !

Donc laissez à vos salariés cette liberté qu’ils vous demandent, et vous verrez que vous vous en porterez mieux. Et votre entreprise aussi.

2)Tous les salariés veulent plus de liberté. Mais tous les salariés ne veulent pas trop de liberté.

Aspirer à plus de liberté, d’autonomie au quotidien dans les tâches et missions qu’on nous donne, ne veut pas dire que vos salariés veulent qu’on les lâche dans la fosse aux lions !

Il sera nécessaire pour vous de trouver, dans un premier temps, un équilibre entre responsabilisation et l’abandon à lui même d’un salarié (ce qui ne doit jamais arriver).

Bien sûr, cela peut prendre un peu de temps pour se mettre en place, mais avec notre troisième conseil, cela devrait aller mieux …

3)Donner de la liberté à ses salariés, c’est bien. Savoir les écouter, c’est encore mieux.

Tout est dit.

Ce n’est pas parce que vous pensez laisser aux salariés la possibilité de devenir indépendant que, d’une part, ils en ont l’impression, et que d’autres part, ils ont les moyens d’accomplir leur tâche de cette façon.

Respecter la liberté de vos salariés, c’est également faire en sorte d’écouter leurs idées, leurs envies, leurs besoins, et donc respecter leur liberté d’expression.

En conclusion, un chef, c’est bien fait pour cheffer, mais surtout fait pour bien cheffer en écoutant les besoins de ses salariés !

Et pour toi, un chef ça doit cheffer comment ?

We Love Startups Team

Welove, c'est une team d'entrepreneurs passionnés au service de la diffusion au plus grand nombre de l'envie d'entreprendre, et de l'inspiration, des outils et des conseils pour se lancer et se développer.

Ajouter un commentaire